Isaline SAGER-WEIDER #12

Photo de Isaline SAGER-WEIDER #12 Centrale Taille 1m85 Bras Droit Date de naissance 1988-07-05 Nationalité Française

Quel bilan de cette saison 2018-2019 ?
Une saison riche en émotion. Humainement : certainement la meilleure de ma carrière. Sportivement : bien jusqu’à ma blessure (03/02/19). J’étais très triste de la non qualification en PO car cela faisait des années que je n’avais pas eu l’occasion de les vivre. Mais je suis sûre que chaque membre de cette équipe a toujours fait de son mieux, chaque jour.

Ton meilleur souvenir ?
2 tie-break : le match à Mougins (Décembre 2018) et le match de qualification au Final Four (Janvier 2019) : « à vaincre sans péril on triomphe sans gloire ». L’émotion dans le vestiaire après ces deux matchs était très intense.

S’il n’y avait qu’un regret… !
Ma blessure ! donc le regret : n’avoir peut-être pas fait tout ce qu’il fallait pour éviter cela. Mais je ne vis pas avec des regrets donc …

La qualité première de ton équipe ?
Une réelle affection et du respect entres ses membres.

La dernière marche pour les play-offs a été ratée, explication ?
Des circonstances un peu compliquées tout au long de la saison et des sets perdus sur des détails, un peu de malchance aussi … 

Pour la 1ère fois de ta carrière tu as été gravement blessée, comment as-tu vécu ce moment ?
Je me sentais au top (physiquement, mentalement) comme je l’avais rarement ressenti. Je revenais sur Paris après le dernier match de la qualification aux championnats d’Europe (janvier 2019) avec des étoiles dans les yeux. Cela faisait 8 ans que j’attendais de pouvoir vivre un championnat d’Europe avec l’équipe de France (qui aura lieu en septembre 2019). Durant ce mois de janvier, j’ai également eu un souci de santé qui m’a cloué au lit une semaine. Le début du match à Quimper me faisait revenir dans la partie, j’étais ultra motivée jusqu’au 2ème set où je suis tombée, puis me suis relevée pour repartir, puis retombée. J’étais très fière de mes coéquipières et du staff ce jour-là d’avoir gagné ce match. Mais lors de la 2ème chute je savais que c’était le ligament. La douleur physique je l’ai toujours géré (mon nom est SA-GER – ça gère 😉 ). Mais l’attente de l’opération (1,5 mois), le mois passé seule en centre de rééducation à regarder les matchs sur l’ordinateur, l’éventuel arrêt du club, la dépendance pour ses déplacements, les questionnements sur l’avenir et surtout accepter d’appuyer sur pause pour au moins 8 mois de sa vie… cela a été difficile à gérer. Je profite de cette chronique pour remercier ma famille, mes amis, le staff médical et mes coéquipières, qui ont été présents tout au long de cette première phase, avec une note particulière chez les Mariannes pour Stijn, Mallory, Lara D et les dirigeants.

Où en es-tu aujourd’hui et quel est ton planning de retour au plus haut niveau ?
Maintenant, j’ai repris les habitudes de la vie quotidienne donc le moral va beaucoup mieux. Un plan d’attaque très rodé : kiné tous les jours avec renforcement et exercices spécifiques pour récupérer ma musculature (attention vous n’allez plus me reconnaitre !). Juillet et août vont être consacrés à beaucoup de renforcement et une reprise progressive en août, je l’espère, de la course. À 6 mois post-opération, c’est-à-dire mi-septembre, je repartirai à Capbreton (Centre de rééducation européen du sportif) pour une phase de réathlétisation. À mon retour mi-octobre, il faudra encore être un peu patient (au moins 2 mois) et reprendre tout doucement la connexion entre le physique et le volley. J’espère qu’au passage à la nouvelle année 2020, ce ligament ne sera qu’un mauvais souvenir. Pendant ce temps, je suis des formations d’entraineurs (3 sessions) et partirai sur 2 sessions de stage durant l’été dans un autre rôle que celui de joueuse (Détection nationale jeune et Équipe de France sénior). Je remercie d’ailleurs le club, la FFvolley, Philippe Marta et Émile Rousseaux de me permettre d’utiliser ce temps « libre » pour continuer à apprendre et m’enrichir. Je crois que le Volley et moi avons encore un peu de temps à passer ensemble. 

Le club t’a fait confiance et tu as décidé de rester Mariannes : pourquoi ?
Justement parce que les dirigeants et bénévoles ont toujours été loyaux envers moi et surtout dans ce moment difficile, alors que cela ne faisait que 5 mois que j’avais rejoint Paris. Après tout, ce sont dans ces moments qu’on identifie la valeur des gens non ?

Si tu disposais d’une baguette magique quel 1er souhait réaliserais-tu ?
Recommencer la même saison avec la même équipe sans blessure.

Un objectif pour 2019-2020 même si tu ne connais pas l’équipe à ce jour ?
Faire de son mieux chaque jour à l’entrainement comme en match. Atteindre les Plays-Off et le Final four de la Coupe de France.A titre personnel : être patiente pour ne pas prendre de risque prématurément et surtout revenir plus forte physiquement. Garder mes valeurs sur le terrain et dans la vie et ne pas y déroger, pour être une meilleure personne chaque jour.

http://les-mariannes-paris.com/assets/uploads/2019/06/chronique-n-09.pdf