Chronique n° 73 de la saison 2018 / 2019

Le NANTES VOLLEYBALL gagne
son PARIS par 3 sets à 1.

Par un jeu de mots, la Presse nantaise salua la belle prestation de son équipe face à des  Mariannes qui s’étaient inclinées mais en montrant, en particulier dans les 3ème et 4ème sets, que jamais elles ne se résigneraient et abdiqueraient face à une équipe illuminée par l’étoile montante qu’est l’internationale française Lucille GICQUEL. Lucille, à elle toute seule, représente 50% de son équipe…et pourtant elle est bien entourée par les brillantes CUTURA, ALBRECHT, SCHAD et GAUTHIER RAT. En s’inclinant en déplacement , les joueuses du Stade-Français Paris Saint-Cloud n’ont pas contre performé. Il manquait peu de chose pour obtenir un tie-break  mérité. Le coach pouvait regretter la longueur réduite de son banc !

Retard à l’allumage traditionnel au 1er set : les Mariannes affichent 4 points de retard 0-4. Face à des Nantaises bien regroupées autour de leur capitaine attaquante vedette, les Mariannes peinent mais résistent emmenées par TURNER, la jeune passeuse retenue par Stijn MORAND pour ce début de match : 14-15/14-16. Le contre parisien est peu efficace mais dans les autres compartiments du jeu, les 2 équipes font jeu égal. SALKUTE se met en évidence. Un temps-mort gagnant à 19-23, apporte un dernier espoir 20-23. Les Nantaises ne faibliront pas et s’imposeront par 20-25. Le match n’était pas encore vraiment lancé mais on sentait des Nantaises encore en retrait sur leur potentiel face à des Mariannes elles aussi sur la réserve. Le 2ème set sera un festival GICQUEL. Pour elle tout est possible avec l’effet d’entraînement compréhensible sur ses coéquipières. Les Mariannes, après un court début équilibré, 4-4, seront à la peine. Rien ne sera possible et le 14-25 final donnera une bonne image de ce set à oublier.

Ces 2 sets perdus auraient pu entamer la détermination de Mariannes conscientes qu’elles valaient beaucoup mieux. Au 3ème set, DAVIDOVIC apporte sa fraîcheur et sa fougue. Les Mariannes résistent 6-8, 9-11, puis passent en tête 14-12 de quoi inquiéter le coach nantais qui prend un temps-mort qui n’arrêtera pas la progression des Mariannes 16-13, 18-13, 2ème temps-mort Nantes. Les Nantaises résistent sans toutefois trouver les moyens de renverser la situation 20-18. 

COOK et CALEYRON retrouvent leurs automatismes et les Mariannes s’imposent 25-20. La performance des Mariannes au block est à noter : 6, dont 3 pour BLAND, contre 1 pour les Nantaises !

En s’inclinant 21-25 au 4ème set, les Mariannes ont un peu déçu. Elles ont plus que résisté 5-8,14-16, montrant une volonté incroyable en défense. Le public est conquis par d’interminables actions de jeu et d’incroyables défenses individuelles des Mariannes : toutes doivent être félicitées. A 16-17, le retard est presque comblé ! A 20-21, tout est possible pour les 2 équipes ! A 21-22, encore. C’est le moment du match où CUTURA  crucifiera les Mariannes doublant sa capitaine au palmarès. Les Mariannes étaient allées tout près du tie-break. Elles le méritaient ayant apporté de nombreuses satisfactions parmi lesquelles on citera l’efficacité de la nouvelle paire de blockeuses VUKASOVIC/BLAND au meilleur niveau. Score final 1 set à 3 de quoi à avoir quelques regrets sans toutefois émettre des reproches tant les Mariannes n’avaient jamais baissé les bras.

NANTES : CAPITALE DU VOLLEY-BALL FEMININ.

En rejoignant Nantes, les Mariannes savaient qu’elles retrouveraient une des plus grandes villes sportives françaises : tous les sports y sont présents au plus haut niveau en masculin comme au féminin. Résultat d’une volonté forte et d’un travail acharné, le Nantes volley-ball a été reconnu et dispose d’un outil maintenant complet pour des ambitions européennes. Un complexe sportif dédié et seulement  partagé avec le hand-ball féminin professionnel : salle, centre médical, CFC, bureaux… Une salle exceptionnelle, 2500 places, sol permanent dédié, incroyable zone VIP, boutiques intégrées, batteries leds sur 3 côtés du terrain, grand écran pour challenge vidéo…Un public nombreux : plus de 1 500  spectateurs en moyenne, fidèle et passionné.

Si l’on y ajoute des dirigeants actifs sous la Présidence de Monique BERNARD, NANTES et le Volley-ball féminin sont devenus la N°1 de la  ligue AF. Sur la base de tous ces critères la capitale du volley-ball féminin n’est plus sur la Côte d’Azur.

SCUTUM ET SON SOUTIEN EN REGION. 

C’est la nouveauté de la saison 2018-2019 : SCUTUM, un partenaire historique des Mariannes, soutient son équipe en région. Après Mulhouse c’est à Nantes que plus de vingt salariés des agences de RENNES et NANTES, sont venus soutenir leur équipe.

SAMEDI, GEO ANDRE, 20H.